À Nice, on joue à fond la carte de la mobilité écologique
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
À Nice, on joue à fond la carte de la mobilité écologique
LA NOUVELLE MOBILITE S'EXPLORE AVEC
Edité par
LA REDACTION |  19.11.2018
À Nice, on joue à fond la carte de la mobilité écologique

80 millions d’euros par an seront engagés dans la mise en œuvre d’un grand plan environnemental dont l’un des volets encourage la mobilité durable. Un domaine où la Métropole faisait d’ailleurs déjà figure de pionnière.

Qu’on aime ou non Christian Estrosi, le maire de Nice et homme fort des Alpes-Maritimes, a décidé de prendre la question écologique à bras le corps. Avec une idée simple : transformer la Métropole Nice Côte d’Azur jusqu’à lui faire avoir une empreinte écologique positive. Pour y parvenir, 80 millions d’euros seront alloués chaque année à un plan comprenant une trentaine de mesures développées autour de huit axes forts, dont un exclusivement dédié à la mobilité durable.

Une offre multiple. Quelque part, le chapitre n’est pas nouveau à Nice. Depuis 2011, la ville compte par exemple un service d’autopartage de véhicules électriques, les Auto Bleues, qui en ont fait une pionnière en la matière en France. De la même façon, elle a ses vélos partagés, une flotte de scooters électriques et des trottinettes.

Cet argent engagé par la Métropole va servir à plusieurs choses. D’abord, le système d’autopartage électrique va évoluer, pour adopter la tendance très en vogue du free floating qui permet de garer sa voiture où l’on veut. De la même façon, pour encourager le passage à la voiture électrique, une partie des fonds serviront à installer de nouvelles bornes de recharges rapides. Plus d’un million d’euros seront utilisés à cette fin chaque année.

Des primes à l’achat. La prime existante de 2000 euros pour l’achat d’une électrique va être maintenue, mais de manière à permettre à plus de Niçois d’en profiter, le plafond de revenus permettant d’y accéder va être augmenté. Quant à la prime d’achat d’un vélo électrique, elle passera de 150 à 200 euros.

Enfin, histoire d’être complet et d’améliorer aussi la qualité de l’air au sein de la métropole, des zones de faibles émissions, seulement accessibles aux véhicules peu polluants, vont être mises en place, à commencer par la célèbre Promenade des Anglais. Les touristes vont continuer à prendre plein la vue, mais sans se noircir les poumons.

écologie Transport Voiture electrique

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire