À Kinshasa, des robots pour réguler la circulation
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
À Kinshasa, des robots pour réguler la circulation
LA NOUVELLE MOBILITE S'EXPLORE AVEC
Edité par
LA REDACTION |  24.07.2018
À Kinshasa, des robots pour réguler la circulation

Pour aider la célèbre capitale à en finir avec les embouteillages et les accidents, l’entrepreneuse Thérèse Izay Kirongozi a eu l’idée de s’inspirer des Transformers pour remplacer les feux rouges par des robots venus du futur. À quand la même chose en Europe ?

RoboCop. En France, et plus largement en Europe, nous en sommes encore à attendre patiemment aux feux rouges pour traverser, tout en espérant qu’un chauffard ne soit pas tenté de se la jouer comme dans Fast & Furious. À Kinshasa, en République Démocratique du Congo, les piétons ont la chance depuis 2013 de vivre avec d’étranges robots qui les aident à traverser, et qui indiquent dans le même temps aux voitures le sens des priorités, aux carrefours.

Cette idée géniale, on la doit à Thérèse Izay Kirongozi, ingénieure en électronique industrielle et présidente de Women Technology, dont l’objectif est d’encourager les femmes à ne pas laisser les secteurs de la technologie et de l’intelligence artificielle aux hommes. Depuis cinq ans, grâce à son invention, elle est devenue un modèle.

Made in Congo. Dans Limete, un quartier très dense de Kinshasa, son invention fait des merveilles depuis un petit moment. Non seulement ses robots de 2,50 mètres fonctionnent à l’énergie solaire, mais surtout ils sont devenus une attraction nationale. Ils régulent le trafic routier, détectent quand un piéton désire traverser la route et devraient, à terme, pouvoir « fliquer » ceux qui roulent trop vite grâce aux caméras installées dans leurs yeux. Loin d’être un outil de surveillance, ces agents de sécurité électroniques ont été conçus pour la prévention routière et font déjà très envie à d’autres pays du continent comme l’Angola ou le Nigeria ; sans parler de l’intérêt réel d’autres pays à travers le monde pour ces Transformers à 15 000 dollars pièce.

« Un robot qui est en train de faire la sécurité routière et la régulation routière c’est vraiment Made in Congo, aime à déclarer Thérèse Kirongozi, nous devons vendre notre intelligence dans d’autres pays, de l’Afrique centrale comme d’ailleurs, pourquoi pas, aux États-Unis, en Europe ou en Asie ?” En attendant, les agents à bras robotisés de Thérèse lui ont permis d’obtenir le Prix de l’Innovation 2017-2018, lors de la cérémonie des WorldSafe Awards, à Atlanta. Pour elle, déjà, tous les feux sont au vert.

Afrique Prévention Robotique Signalisation

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire