Un gant magique pour en finir avec Parkinson
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Un gant magique pour en finir avec Parkinson
Joseph de Carme |  23.03.2017
Un gant magique pour en finir avec Parkinson

En Angleterre, un étudiant en médecine a imaginé un gant qui pourrait mettre fin aux tremblements. Un accessoire indispensable pour toutes les personnes atteintes de la maladie de Parkinson. Et ce n’est là qu’une des applications...

En 2014, Faii Ong, alors âgé de 24 ans, est un jeune étudiant en médecine à Londres. Dans le cadre d’un stage, il travaille dans une maison médicalisée. Un jour, son cœur se fend face au spectacle d’une vieille dame atteinte de la maladie de Parkinson. Les complications neurologiques qui affectent son système nerveux font tant trembler sa main que, cuillère après cuillère, son bol de soupe finit sur la nappe. Faii se jure de trouver une solution pour aider ceux qui souffrent du même mal  – ce qui représente près d’une personne sur cinq cents en France.

« Imaginez que vous plongez votre main dans un sirop très épais et essayez de la remuer, décrit Faii Ong. Mon idée était d’exploiter la technologie gyroscopique pour résister instantanément et de façon proportionnelle aux mouvements d’une main tremblante. »

Une main de faire dans un gant de velours. Plutôt que de s’en remettre à la chimie, il choisit la physique, autrement dit une solution non-médicamenteuse. Faii imagine avec quelques ingénieurs de l’Imperial College de Londres le GyroGlove : un gant qui embarque un gyroscope au dos de la main. Vous vous souvenez des toupies BeyBlade de votre neveu ? C’est ça le gyroscope, un appareil qui a la particularité d’exploiter le principe physique de conservation du mouvement angulaire. Dit plus simplement, cette invention compense et rééquilibre en temps réel les tremblements d’une main.

GyroGlove réduit près de 90% des tremblements. Depuis 2014, les nombreux prototypes de ce gant reçoivent mentions et récompenses en tous genres. Après presque trois ans de travail acharné, le prototype définitif de GyroGlove semble prêt. Le temps de l’homologuer et il sera commercialisé, entre 600 et 800 euros, ce qu’attendent de nombreux centres hospitaliers. Une invention qui pourrait bien trouver d’autres applications : soutenir la précision des chirurgiens par exemple, remplacer le trépied des photographes et cadreurs, mais concerner aussi des domaines plus fun comme certains sports de précision. On se joint aux milliers de parkinsonniens qui attendent de réussir leur premier high five.

GyroGlove par Faii Ong

Biotechnologie main Santé

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire