À Copenhague, il y a officiellement plus de vélos que de voitures
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
À Copenhague, il y a officiellement plus de vélos que de voitures
LA NOUVELLE MOBILITE S'EXPLORE AVEC
Edité par
LA REDACTION |  18.09.2018
À Copenhague, il y a officiellement plus de vélos que de voitures

Alors que débute la 17ème « semaine européenne de la mobilité », la capitale danoise semble avoir déjà trouvé une solution pour désengorger son centre-ville : les deux-roues. Et ça fait 40 ans que ça dure.

La ville à vélo. Imaginez une ville où tout aurait été imaginé pour aller plus vite, où les feux de signalisation seraient réglés sur la vitesse des vélos (20 km/h) et où 40% des trajets quotidiens se font autrement qu’en voiture : cet endroit existe, c’est Copenhague. Depuis les années 1970, la capitale danoise a mis en place une importante politique de réaménagement urbain afin de privilégier les déplacements à bicyclette. Cette décision fait d’elle la première ville cyclable au monde, très loin devant Paris (classée 13ème).

Danemark, des points. Selon les derniers chiffres fournis par l’ambassade danoise du vélo (ne riez pas, ça existe) 44% des enfants de 10 à 16 ans se rendent à l’école à vélo. Un grand écart avec les pratiques françaises où seulement 2 à 3% des usagers préfèrent la selle au volant. « Si vous prenez votre vélo à l’heure de pointe avec une vitesse de 20 km/h, vous n’aurez pas à vous arrêter aux feux rouges, explique Marie Kaastrup, en charge du programme vélo à Copenhague, car tous les feux de circulation sont réglés pour suivre la vitesse du vélo et non la vitesse de la voiture. » En d’autres termes, c’est en modifiant profondément les mentalités que le Danemark a réussi sa transition énergétique. Conséquence de quoi, on entend davantage de sonnettes que de klaxons dans le centre-ville de Copenhague.

Macron en marche à vélo ? Cette modification des infrastructures locales ne se contente pas d’aménager des voies cyclables, comme en atteste la création du Cykelslangen, un pont conçu comme un « serpent à vélo » et que les cyclistes sont les seuls à pouvoir emprunter. Un exemple pour le reste de l’Europe ? Ça se pourrait bien. En août dernier, le Président Macron, en visite à Copenhague, a pu mesurer lors d’une ballade en deux-roues la distance qui séparait son propre pays de la culture nordique. Seul lot de consolation : Strasbourg est 4ème dans le top 20 des villes cyclables, avec 16% des déplacements domicile-travail réalisés à vélo. Allez, encore un petit coup de pédale Emmanuel…

 

 

Copenhague Semaine de la mobilité vélo

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Détours a le goût du futur, du monde qui vient, de ceux qui l’inventent.

voir la page
Newsletter

Newsletter

Le meilleur de Détours dans votre boîte mail

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire