À Berlin, la police part en guerre contre les mauvais cyclistes
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
À Berlin, la police part en guerre contre les mauvais cyclistes
Hilaire Picault |  11/01/2021 10:02
À Berlin, la police part en guerre contre les mauvais cyclistes

Avec l’augmentation des vélos en ville, les incivilités se développent. L’Allemagne n’échappe pas à la règle, mais elle s’organise pour endiguer ce chaos : immatriculation forcée, brigades dédiées… Berlin monte en selle.

Mourir en selle. Comme en France, l’Allemagne connaît une recrudescence du nombre de cyclistes. À Berlin, leur nombre aurait grimpé de 20% en un an selon les compteurs automatiques, pour atteindre les 3 millions de vélos. Une masse pas toujours à l’aise qui s’insère sur les 30 km de voies dédiées récemment construites par la municipalité. Mais aussi – bon gré mal gré – dans la circulation et sur les trottoirs… Le résultat ne s’est pas fait attendre : le nombre d’accidents impliquant des deux-roues explose et 17 cyclistes ont perdu la vie. En 2019, on en déplorait « seulement » 6.

Ein, Zwei… Polizei ? Tragique, oui mais… La cheffe de la police berlinoise rapportait au Berliner Morgenpost que « plus de 50% des accidents de la circulation impliquant des cyclistes sont provoqués par les cyclistes eux-mêmes ». Les plaintes déposées contre (et par) des cyclistes s’empilent. C’est pourquoi la police veut pouvoir recruter plus d’agents dans sa brigade à vélo pour augmenter les patrouilles, interventions et verbalisations.

Rouler droit. À l’image du marquage que notre gouvernement a lancé au 1er janvier, la cheffe de la police de Berlin propose également d’immatriculer tous les vélos afin de simplifier le suivi et les poursuites. Juridiques s’entend. D’autre part, le commissaire divisionnaire de Berlin demande à ce que les cyclistes fassent un effort pour ranger leur ego, « savoir aussi renoncer à son bon droit » et mettre le pied à terre. Mais tout ne peut se résoudre à plus de discipline.

Halte à l’Anarchie“, titrait récemment le Taggespiegel, grand quotidien berlinois face à cette marée de cyclistes arrogants déboulant partout.

Vivre ensemble. L’ADFC, une association de cyclistes locale approchée par Ouest-France, dit apprécier les nouvelles coronapistes mais regrette des problèmes structurels : « Il y a un problème récurrent aux carrefours où des véhicules coupent la voie des vélos. » De son côté, l’association d’usagers des transports VCD rappelle que « l’agressivité apparaît dans les espaces trop restreints, ce qui conduit à un stress supplémentaire ». Or 3% de l’espace public est réservé pour la circulation des deux-roues, contre 58% pour les voitures. Un écart injustifié maintenant qu’on compte 3 vélos pour 1 voiture dans la capitale. En politique comme en mobilité, une seule solution quand deux factions se font front : la cohabitation.

https://static.cnews.fr/sites/default/files/styles/image_640_360/public/TRPar7558438_0.jpg

Cycliste Police vélo

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire
De quelle solution mobilité avez-vous besoin aujourd'hui?
Retour
De quelle solution mobilite avez vous besoin aujourd'hui?
Faites votre choix !