À 76 ans, il recrée un cockpit de Boeing dans sa cave pour voyager pour de faux
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Accueil / Insolite / À 76 ans, il recrée un cockpit de Boeing dans sa cave pour voyager pour de faux
À 76 ans, il recrée un cockpit de Boeing dans sa cave pour voyager pour de faux
Hilaire Picault |  10/12/2021 11:49
À 76 ans, il recrée un cockpit de Boeing dans sa cave pour voyager pour de faux

Son avion ne décollera jamais mais, sur ses écrans, le retraité a déjà pu survoler tout le Proche-Orient et traverser l’océan Atlantique.

Mal de l’air en sous-sol. Une demi-douzaine d’écrans, un plafonnier couvert de boutons et de sélecteurs, des commandes partout autour du manche à balai… voilà ce que l’on peut voir une fois assis dans les fauteuils de pilotes de ce cockpit. Sauf que les deux larges vitres qui déroulent le lointain paysage ne sont que deux écrans de plus, les fauteuils récupérés d’un ancien autobus, et le paysage : une simulation. Le commandant de bord, Mohammed Malhas vous souhaite la bienvenue… dans sa cave.

Y a-t-il un pilote dans la cave ? Pendant 35 ans, M. Malhas a dirigé un hôpital d’Amman, capitale de la Jordanie, mais sa passion était ailleurs. « Mon rêve était de devenir pilote, résume le septuagénaire à l’AFP, mais les circonstances m’en ont empêché. » Après avoir lu des dizaines de livres d’histoire de l’aviation, guides techniques et manuels de pilotage, il commence sa formation de pilote en 1976. L’Académie aérienne royale lui remet son brevet en 1978 et cela deviendra son loisir.

Trente ans plus tard, il s’en remet plutôt aux simulateurs de vol sur son ordinateur. Avec un groupe d’amis et passionnés rencontrés en ligne, il vole « jusqu’à Beyrouth, Damas, Bagdad… et même jusqu’au Royaume-Uni et aux États-Unis ». Mais la retraite lui laissant du temps libre, il décide d’enfoncer complètement les gaz de sa passion et de construire son propre avion.

7 500 € le prix du billet. Ce sera donc la réplique d’un Boeing 737-800 qui prendra forme lentement dans sa cave. Durant trois ans, il va récupérer tous les éléments qui vont parfaire son joujou, les assembler et connecter le logiciel de pilotage virtuel. Un ami viendra même raccorder toute la partie électronique dans sa cabine de pilotage.

Un rêve devenu réalité (virtuelle) qui lui aura coûté la bagatelle de 7 500 €. Mais aujourd’hui, Mohammed Malhas peut voler quand il le souhaite, sans craindre ni les dérèglements climatiques ni qu’une pandémie le cloue au tarmac pendant des mois. Bonus non négligeable : sa femme peut voyager avec lui, au poste de co-pilote, donc sans supplément pour étendre les jambes…

Crédit photo : AFP / K.MAZRAAWI

insolite

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire
De quelle solution mobilité avez-vous besoin aujourd'hui?
Retour
De quelle solution mobilite avez vous besoin aujourd'hui?
Faites votre choix !