À 26 ans, ils ont tout plaqué pour rejoindre la Nouvelle-Zélande en stop et sans argent
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
À 26 ans, ils ont tout plaqué pour rejoindre la Nouvelle-Zélande en stop et sans argent
Robin Ecoeur |  04.10.2019
À 26 ans, ils ont tout plaqué pour rejoindre la Nouvelle-Zélande en stop et sans argent

Robin et Vincent, originaires de la Moselle, ont décidé de faire un saut dans l’inconnu en voyageant d'une façon différente. Une manière de prendre le temps et d’avancer au gré de rencontres. On a réussi à discuter avec ces deux baroudeurs, toujours entre deux pays.

L’histoire de Robin, étudiant en psychologie, et de Vincent, infirmier, a débuté bien avant ce voyage. En 2015, ils décident de se rendre au mariage d’un ami près de Toulouse en stop. Eux viennent de Serémange-Erzange en Moselle. Ils se donnent deux semaines, et deux euros par jour pour manger. C’est peu, mais ils découvrent une nouvelle façon de voyager, en prenant son temps et en se sentant libres. « Cette sensation de liberté et d’aventure nous a appris à apprécier les choses les plus simples comme une vraie douche ou un lit », racontent les deux voyageurs. Pour cette nouvelle aventure, ils ont épargné pendant 1 an avec une seule idée en tête : rejoindre la Nouvelle-Zélande, toujours en stop.

Comment s’est passé le voyage jusqu’à maintenant ?

On a commencé avec une visite nocturne de Bologne et ses secrets grâce a une étudiante italienne qui nous a pris en stop. Un soir en Croatie il y a eu un vent des montagnes dont tout le monde parle, la « bura », et en campant à côté de Rijeka nous avons bien cru que la tente ne tiendrait pas. Au bord d’un lac en Istrie, dans le nord de la Croatie, nous avons trouvé du fil et un hameçon. Quelques minutes après avoir essayé de pêcher, un homme est venu nous voir, on se comprenait difficilement mais il a amené ses cannes à pêche et on a partagé un moment avec lui. On a aussi aidé une famille à transporter du bois et ils nous ont offert le repas.

View this post on Instagram

D10 butoniga lake Après avoir visité la Slovénie nous voici en Croatie 🇭🇷. Nous rencontrons un couple qui nous emmène au lac de butoniga. Et après avoir trouvé du fil et un hameçon nous voilà parti pour pécher et une personne du coin Nous rejoins par hasard avec une vraie canne. Nous passons le début de soirée avec lui et nous passons la nuit non loin de ce petit coin plutôt sympathique. . After visiting Slovenia there we are in 🇭🇷Croatia. We meet a couple who drop us in butoniga lake. We found a rope and a hook on the ground and a random fisherman come to us with a real fishing stick. We spend the afternoon with him and find a nice place to sleep near the lake. . #adventuretime #lake #fishing #hitchhiking #slowtravel #sky #hook #seremange #metz #oldfisherman #adventure #stop #travel #traveling #croatie #croatia #friends #frenchguy #france🇫🇷 #morieux #pretto

A post shared by Serémange-Zélande (@seremange_zelande) on

Le parcours est-il conditionné par les rencontres que vous faites ?

Afin d’être le plus flexible possible, le « plan de route » est volontairement très vague et toujours modifiable en raison du climat et des rencontres, mais également de nos envies ou de la politique, avec l’Iran par exemple. Il est très rare que nous sachions à l’avance où nous serons dans la soirée. On peut très bien manger une boîte de conserve avec le réchaud et chercher un endroit plat pour poser la tente ou aller chez quelqu’un chez qui on pourra prendre une douche et avoir un lit. 

« Le soutien de nos proches est une réelle motivation pour garder le sourire malgré la pluie ou les heures d’attente sur des routes peu empruntées. »

Premier bilan après un mois sur les routes ?

Si on doit faire un bilan pour le moment, rien n’est impossible. Il a fallu une semaine pour trouver notre rythme, mais on se rend compte que rien n’est écrit et qu’on ne peut rien prévoir à l’avance. Mais une solution à chaque problème est toujours à notre portée.

View this post on Instagram

Voilà une occasion de remercier ceux qui nous ont permis d'arriver jusqu'ici avec son lot d'aventures, depuis notre départ de serémange-erzange. Ce voyage est déjà formidable et ce n'est que le début, pour vous donner une idee on vous montre une carte avec tous les endroits où nous avons dormi. Merci aussi à vous tous de votre soutient, n'hésite pas à nous contacter et nous répondrons dès que possible. . Since the departure from Seremange, this is the occasion to thank all the persons who made this possible. This journey is already fabulous with adventures every day, and this is just the beggining. There is a map with all the places we slept in. Thank you all for your support, feel free to write us, we'll answer as fast as possible. . #instagood#solidarité#slowtravel#happy#followme#picoftheday#follow#me#solidarity#instadaily#friends#repost#liberte#style#smile#voiture#likeforlike#travel#autostop#ouioui#life#57290#adventure#tuning#rencontre#thanks#photo#seremange#hitchhicker

A post shared by Serémange-Zélande (@seremange_zelande) on

Vous ne regrettez pas de tout faire en stop ?

Très franchement, après un petit mois de voyage, en étant encore en Europe, on n’a pas rencontré de réelles difficultés. On sait que le confort peut parfois nous manquer, mais une fois qu’on trouve un endroit plat pour dormir et un point d’eau pour se laver, on se sent tout de suite mieux. Et puis sans mentir, on n’est pas trop difficiles…
Le plus gratifiant est le retour des gens qui nous prennent en stop ou nous hébergent, mais également sentir la confiance qui s’installe rapidement avec eux. Le soutien de nos proches est une réelle motivation pour garder le sourire malgré la pluie ou les heures d’attente sur des routes peu empruntées.

Vous avez un message en particulier à faire passer ?

Le message qu’on veut passer est celui de la simplicité, arrêter de lutter pour tout contrôler autour de soi et se laisser surprendre par les aventures que nous vivons. Chaque jour est une aventure, dans la vie, au bureau ou en voyage. Et l’un de nos buts serait de débloquer des fonds pour une association humanitaire.

Mais au fait, vous allez faire comment pour vous rendre en Nouvelle-Zélande… en voiture ?

On va essayer de faire ça en bateau, le plus possible en tout cas. L’avion reste une option en fonction des distances à parcourir et de notre timing.

Pour suivre le voyage de Vincent et Robin, c’est par ici.

https://www.instagram.com/p/B2jXaSoCugI/

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire