Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    30 ans après son invention, cette voiture électrique à pédale est enfin en vente

    Les Anglais vénèrent Sir Clive Sinclair, notamment inventeur d’une voiture vélo électrique dès 1985, qui fut hélas un échec commercial. Qu’à cela ne tienne, son neveu vient de la moderniser et la vend à sa place.

    1985. L’année de MacGyver à la télé et de Retour vers le futur au cinéma. Plutôt que de rouler en break en écoutant Phil Collins, Sir Clive Sinclair se dit que l’avenir est à l’électricité et aux transports propres. Il puise dans sa richesse, acquise en créant le Spectrum ZX, un des premiers micro-ordinateurs grand public, et lance la fabrication de son rêve. Le C5 était né.

    Un bijou esthétique so 80’s, fait d’une coque de polypropylène sur un châssis d’acier avec des roues en nylon. Cette voiturette d’1,83 m de long pour 80 cm de haut est entièrement électrique. Non seulement le C5 démarre et se recharge lorsque vous pédalez, mais sa batterie permet de tenir entre 20 et 40 kilomètres, selon les conditions.

    Monoplace pour les villes. Prévu pour un seul passager, dont il devait faciliter la vie urbaine (accès aux gares, courses, trajet de travail), le C5 fut présenté en grande pompe par le génie de l’époque. Il reçut son homologation par le ministère des Transports : la trois-roues était autorisée sur les routes du Royaume de sa majesté. Proposé en vente par correspondance pour 350 euros, l’engin aurait dû faire un carton. Dommage, le public jugea trop dangereux ce véhicule au ras du sol et mal protégé. Sortie de route définitive.

    Signe des temps, un monoplace apparaissait comme une idée stupide alors qu’on venait juste d’inventer le monospace.

    IRIS is the new C5. Interrogé par l’Herald Scotland trente ans plus tard, son neveu, Grant Sinclair, estime que le flop ne vient pas de l’invention elle-même : « Ils n’avaient pas les infrastructures et les réseaux cyclables que nous avons aujourd’hui. […] Je crois qu’il était en avance sur son temps. » Le quadragénaire n’a donc pas hésité à remodeler le C5 pour le mettre au goût du jour. Voici l’IRIS eTrike.

    Tricycle électrique, propre et silencieux. L’esthétique rappelle les équipement de course automobile – paradoxalement – et les dimensions ont été revues à la hausse avec presque 3 m de long pour 1,30 de haut, pour des raisons de sécurité : « L’assise du C5 était trop basse ce qui fait que les conducteurs se sentaient vulnérables. J’ai aussi voulu rectifier la position inclinée qui était inconfortable. »

    Au final, l’appareil gagne aussi en vitesse, atteignant presque la barre des 50 km/h tout en restant légalement classé… comme un vélo électrique. Il est accessible sans permis, ni assurance obligatoire, ni ceinture ou port du casque : la liberté totale.

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.