Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Un mois sans douche, et alors ?

    Pour les besoins de la science (et l’amour de ses lecteurs), un médecin-journaliste américain a dit non aux douches. L’expérience pose deux questions essentielles : est-ce socialement acceptable ? Et sa petite-amie l’a-t-elle quitté ? Les réponses ci-dessous !

    Radiologiste de formation, James Hamblin a décidé de mettre son savoir et sa gueule d’ange au service du plus grand nombre. Écrivain et journaliste-médecin pour The Atlantic, il s’est lancé depuis de longs mois dans une grande enquête pour questionner ce qui est prétendument bon pour nous et notre corps. Ce qui l’a conduit à remettre en cause cet acquis de l’hygiène moderne : se laver, cela sert-il vraiment à quelque chose ?

    Pas douche ni de bain

    Commune odeur. Pour reposer les bases, il faut savoir que nos odeurs corporelles sont produites lorsque les bactéries qui se baladent naturellement sur notre peau transforment les huiles sécrétées par nos glandes, sous les aisselles par exemple. C’est là que ça ne sent pas bon. Lorsqu’on se douche ou qu’on utilise du déodorant, on tue les bactéries. Sauf que voilà, cet écosystème de microbes, on le connait mal.

    Toutes les bactéries ne produisent pas des odeurs. Certaines font même l’inverse : elles les éliminent.

    Évidemment, si on zigouille tout systématiquement à coups de savon, on ne peut pas comprendre. James Hamblin a donc joué les cobayes et laissé tout l’écosystème se constituer pour atteindre son point d’équilibre. Et c’est là que, méga surprise, apparemment, on ne puerait pas ! « Ok, vous ne sentez pas l’eau de Cologne, la fleur ou la cannelle, mais ça va », confiait le bonhomme au cours d’une interview récente.

    Finies les douches ? Quand même pas. James concède que s’il doit aller au restaurant après une séance de sport par exemple, il passe quand même sous l’eau. Mais désormais, il utilise beaucoup moins de produits qu’avant. Et la question fatidique : qu’en pense sa copine ? « Elle me dit que je sens “l’homme”. D’autres me disent que c’est comme aller camper quelques jours. On ne sent pas la transpiration, mais on ne sent pas frais non plus. » Bref, arrêter de se laver un peu, ça passe ; arrêter de se laver pour de bon, c’est non !

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.