Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Non, l’épuisement au boulot n’est pas une fatalité

    Parce qu’il n’y a pas qu’une seule et même fatigue, le spécialiste français (oui, ça existe) dresse un état des lieux pour vous permettre de tirer (ou pas) la sonnette d’alarme. Ouvrez l’œil et vous serez bientôt reposé.

    Vous ne rêvez pas. Cofondateur de la Société de formation thérapeutique du médecin généraliste, le docteur François Baumann a déjà à son actif deux livres sur le burn-out (la fatigue physique et morale liée au travail) et l’un sur le bore-out (l’ennui au travail). Dans Épuisements, il traite de l’ensemble des maux liés à ces deux maladies très contemporaines et dont les symptômes sont identiques : « Un grand état de détresse, dont la prise de conscience est difficile et insidieuse et un état de faiblesse extrême, avec un tonus nerveux anéanti. » Pour vous aider à les identifier, voici cinq manifestations typiques :

    Le burn-out : une saturation qui plaque littéralement à terre. C’est « la forme la plus aiguë de la souffrance au travail », de plus en plus répandue puisqu’un quart des travailleurs européens se disent victimes d’un stress professionnel. Avec un certain humour, Baumann énonce les 12 ingrédients indispensables au burn-out, de l’excès d’ambition à la perte de conscience de soi-même, en passant par le cynisme. L’astuce : Pas d’excès de zèle.

    Le bore-out : « l’épuisement professionnel par ennui » se nourrit d’une dévalorisation des tâches quotidiennes et du rôle au sein de l’entreprise. Plus pernicieux que le burn-out, mais tout aussi dangereux. L’astuce : Dites-vous tous les jours que vous servez à quelque chose.

    L’épuisement maternel et familial : non seulement vouloir être une mère parfaite est impossible, mais c’est aussi le meilleur moyen pour s’écrouler du jour au lendemain.L’astuce : Acceptez vos défauts, prenez du temps pour vous en conséquence.

    L’épuisement de l’étudiant : cette surcharge de travail combiné à une peur de ne pas réussir touche d’autant plus les étudiants qu’on ne leur accorde pas cette fatigue au vu de leur jeune âge. L’astuce : carpe diem et arrêtez d’angoisser pour l’avenir.

    L’épuisement par les proches : en France, il y a plus de huit millions de personnes qui s’occupent d’un membre de leur famille âgé, malade ou handicapé. Sans aide financière et sans appui, ils peuvent vite sombrer dans la dépression. L’astuce : vous aussi vous pouvez appeler à l’aide.

    Ne baissez pas les bras, la suite est mieux : pour pouvoir faire face à ces épuisements, le plus efficace reste de les prévenir. Voici les solutions.

    Surmenage en equipe

    Relax, don’t do it… ♫ Si ces épuisements sont soumis à des récidives, tous peuvent être guéris par « l’importance du repos, de la discipline de vie, du rôle du corps et de son activité ». Une autre bonne nouvelle ? Plusieurs même : l’épuisement peut se combattre, dans le désordre, par le fait de refréner sa compassion, de ne pas trop se projeter professionnellement ou encore de respecter le bâillement qui nous intime d’aller nous coucher le soir… Comme le souligne Baumann, il n’y a qu’au Japon que le « Karôshi » (mort par excès de travail) est reconnu comme tel. Pour le moment, l’Europe est épargnée !

    Épuisements – comment lutter contre les fatigues du quotidien du Dr François Baumann, éditions Josette Lyon.

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Utilisation des cookies

    Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.