En 2018, le covoiturage c'est partir au boulot avec son voisin
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
En 2018, le covoiturage c’est partir au boulot avec son voisin
LA NOUVELLE MOBILITE S'EXPLORE AVEC
Edité par
LA REDACTION |  23.02.2018
En 2018, le covoiturage c'est partir au boulot avec son voisin

Moins connue que son grand-frère BlaBlaCar, la startup française Klaxit a réussi à s’imposer sur le marché du covoiturage domicile-travail. Elle vise désormais le marché international.

Leader français sur les petits parcours. « Il faut rêver très haut pour ne pas réaliser trop bas. » Voilà une citation qui colle bien à Klaxit, d’autant qu’à force de rêver très haut, cette startup française est en train de réaliser très haut aussi. Klaxit est une plateforme de covoiturage spécialisée sur les trajets de courte distance, par opposition au grand manitou du genre, BlaBlaCar, qui est le maître incontesté pour traverser la France et l’Europe à moindre prix dans la voiture de parfaits inconnus, généralement pour le meilleur.

Et si Klaxit peut se permettre de rêver haut, c’est d’abord parce que l’entreprise est devenue le leader français sur les petits parcours domicile-travail, avec environ 110 000 trajets proposés par jour. Résultat, début février, l’entreprise a levé trois millions d’euros auprès d’investisseurs, notamment la Sodexo et la RATP (qui décidément investit beaucoup ces temps-ci, comme on vous le racontait ici à propos des scooters partagés à Paris, Nice, etc.).

Dépensez moins, polluez moins. Quelque part, ce succès est logique. Klaxit propose une solution à la fois écologique et économique pour les employés. Autre point positif, c’est une formule qui contribue à décongestionner les routes et les parkings des entreprises, en réduisant au passage leur empreinte carbone. C’est d’ailleurs pour ces raisons qu’une centaine d’entreprises travaillent aujourd’hui main dans la main avec la startup. Prolongation évidente pour élargir sa clientèle, Julien Honnart, le fondateur, s’est fixé comme objectif la mise en place de partenariats similaires avec les collectivités locales.

Forte de ces différents succès et d’une trentaine de salariés, la boite envisage maintenant de s’attaquer aux pays frontaliers pour poursuivre sa croissance. Bref, si vous cherchez un moyen cool d’aller au turbin (que vous possédiez une voiture ou non) et que vous n’êtes pas contre l’idée de rencontrer vos collègues ou vos voisins, c’est à votre tour de rêver un peu haut. Mais pas trop non plus. Il suffit juste d’attraper votre téléphone devant vous pour télécharger l’application.

covoiturage startup

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire