En 2018 les bouchons ont encore progressé… sauf à Paris
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
En 2018 les bouchons ont encore progressé… sauf à Paris
LA NOUVELLE MOBILITE S'EXPLORE AVEC
Edité par
LA REDACTION |  17.06.2019
En 2018 les bouchons ont encore progressé… sauf à Paris

Pas de quoi s’en féliciter pour autant, les automobilistes parisiens ont perdu 6 jours de l’année dans les embouteillages.

Un monde à l’arrêt. Le système de GPS TomTom a collecté et synthétisé les données de ses milliers d’utilisateurs dans 56 pays pour obtenir un classement des 400 villes les plus embouteillées dans le monde. Et la conclusion est sans appel : partout, la situation a globalement empiré en 2018. La France ne fait pas exception dans ce domaine. Pourtant toutes les villes ne s’en sortent pas si mal.

https://static.cnews.fr/sites/default/files/embouteillage_illustration_paris_francois_guillot_afp_5cf647e6af785.jpg

Plus de 6 jours partis en fumée. Paris et son agglomération caracolent en tête de la course à l’immobilisme. En 2018, les Franciliens ont donc cumulé 150 heures de bouchons, perdant en moyenne 20 minutes sur un trajet d’une demi-heure.
En d’autres termes, quand vous faites 1h40 de voiture chaque jour, vous avez perdu une heure entière. Selon TomTom, les axes les plus bouchés sont les quais des Tuileries et de la Râpée, le boulevard Magenta et les rues La Fayette, Saint-Lazare et d’Amsterdam. Mais Paris n’est qu’au 18e rang européen (derrière Londres, Rome et Athènes) et surtout sa position est stable depuis 2017.

La situation s’est par contre aggravée à Marseille et Bordeaux, où l’on perd 146 heures par an. Chaque trajet aux heures de pointe s’allonge d’un tiers de temps… Pour les autres grandes métropoles, comptez 35 minutes de perdues par déplacement à Grenoble, Lyon, Montpellier, Nantes, Nice, Toulon et Toulouse. Et ce même si les trois dernières ont réduit leur retard. Sans cela, nous nous dirigerions vers un pays où chacun serait collé au pare-choc de son prédécesseur.

Human emboutipede. Faut-il rappeler qu’en plus d’être irritants, et donc de jouer sur le comportement des automobilistes, ces allongements du temps de transport sont néfastes pour l’environnement ? Si l’on veut tout de même sourire on pourra se consoler en regardant l’état du trafic à Bombay, où les heures de pointe sont quasi permanentes : on estime que les bouchons disparaissent vraiment qu’entre 3 et 5 heures du matin. Cela laisse de la marge mais tentez de vous discipliner pour résorber tout ça.

Bouchons Embouteillages France Ile de france

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire