Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat
    sleep in space
    1 minute de lecture

    S’endormir sur Terre et se réveiller sur Mars, c’est pour demain

    L’homme ira sur Mars avant 2040, c’est Buzz Aldrin qui le dit. Mais comment s’occuper durant les 180 jours (si la circulation est bonne) du trajet ? Pas d’inquiétude, la NASA est déjà sur le coup. La solution ? Un gros dodo.

    32°7 le matin. La célèbre agence spatiale américaine finance depuis plusieurs années SpaceWorks, une entreprise travaillant sur les possibilités de l’hibernation artificielle. Quand on pense à hibernation, on pense immédiatement aux sarcophages vitrés de cryogénisation. La technique proposée par SpaceWorks est un poil moins anxiogène. L’idée est de plonger le corps dans un état proche de celle-ci, c’est-à-dire dans ce qui est appelé « hypothermie thérapeutique », déjà utilisée pour traiter les cas d’arrêt cardiaque chez les nouveaux-nés. Pour cela, il suffit simplement de diminuer la température de l’astronaute d’une poignée de degrés. Ainsi, à 32°C, l’organisme tourne au ralenti. L’alimentation se fera par intraveineuse et les muscles seront stimulés grâce à des impulsions électriques régulières. Le valeureux voyageur se réveillera alors en pleine forme.

    spacework sleeping capsule

    Mars et ça repart. L’hibernation artificielle aurait également d’énormes gains sur l’ensemble du vaisseau : économie d’oxygène, d’eau, de nourriture ; plus besoin de kitchenette ni de salle de gym. Elle permettrait aussi d’éviter le mal de l’espace. Pas de date précise quant à la finalisation de cette technique, mais les ingénieurs de SpaceWorks savent déjà que nous dormirons dans des sous-vêtements gris souris.

    spaceworks.aero

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.